L’éditeur d’applications dédiées à la distribution automobile bee2link a développé des interfaces pour faire communiquer les modules de financement avec les postes vendeur et le CRM, dans le cadre de la vente en concession et sur Internet. Les explications de Benoit Bachelot, directeur général opérationnel de bee2link.

“Jusqu’à maintenant, les outils des vendeurs fonctionnaient en silos, avec d’un côté les outils de vente et de l’autre les outils de financement. Cela nécessitait de répéter la saisie d’informations quand on passait sur l’offre de financement mais également d’intégrer manuellement dans le CRM les données du financement. Désormais, nous assurons une communication fluide entre tous ses outils, c’est un vrai progrès”, se félicite Benoit Bachelot, directeur général opérationnel de bee2link.

Il détaille le fonctionnement avec le poste vendeur développé par la Diac pour le réseau Renault et Nissan : “Nous accédons via notre API au moteur de financement de la Diac puis nous réintégrons toutes les informations du contrat de financement dans notre plateforme ouverte bee2link qui communique avec le stock, le DMS, le CRM et les outils de mesure de la performance des vendeurs. Riche de cette information dans sa base de données clients, le concessionnaire pourra ensuite anticiper les buy-backs, qu’il soit engagé ou non sur la VR, sans attendre que la Diac lui communique des noms de clients à recontacter”, dit-il. Stellantis a aussi choisi d’utiliser la solution de bee2link pour relier le financement à son CRM, fourni par Salesforce, et au poste vendeur.

“Comme nous avons aussi interfacé les modules de financement de CGI et de Cetelem, le vendeur peut paramétrer son poste vendeur pour travailler en priorité avec l’un de ces établissements indépendants et basculer d’un clic sur le module de financement de sa captive, pour proposer une autre offre si la première ne satisfait pas le client”, explique Benoit Bachelot.

Avec son client historique, le groupe Volkswagen, bee2link avait déjà créé un module plus modeste qui faisait l’affaire. Il sera totalement renouvelé d’ici l’automne, après que le groupe Volkswagen aura finalisé le déploiement de Cassiopée, son nouveau back-office informatique. L’interfaçage avec d’autres établissements financiers, comme Santander ou Financo est en cours. D’autres marques, comme Mercedes et Ford, s’intéressent aux applications ouvertes de bee2link, le premier pour l’associer à la vente et au financement de ses VO sous label, le second dans le cadre de son changement de CRM.

“Certains groupes de distribution sont déjà très avancés dans la gestion optimale des flux d’informations au sein de leurs outils, comme Bymycar, Eden Auto ou Chopard, et poussent leurs constructeurs à ouvrir leur propre système pour faciliter les échanges, constate Benoit Bachelot. Le groupe Jean Lain, avec son CRM Salesforce, a adopté cette approche ouverte sur les flux de données, que nous préconisons également. Il est aussi très en avance sur la vente et le financement sur Internet”.

Le nouveau module de financement proposé par bee2link fonctionne aussi pour les ventes sur Internet : bee2link gère les offres et réalise l’édition du bon de commande assorti de la simulation de financement, en lien avec le partenaire financier du distributeur qui reste garant des niveaux de sécurité, de conformité et des contrats matérialisant les accords.

“Nous travaillons sur la dernière étape du process de financement sur internet, déjà franchie par le groupe Jean Lain, à savoir l’envoi des documents dématérialisés par le client, sans avoir à passer par la concession, pour aller jusqu’au bout de la vente à distance”, dit-il.

 

Auteur : Xavier Champagne – autoactu.com